Mots-clefs

, , , , , ,

C’est une première, les internautes utilisent désormais prioritairement des terminaux mobiles pour se connecter. Mais cette nouvelle donne masque encore de grandes disparités suivant les pays.

C’est fait : le mobile concentre pour la première fois dans le monde 51,3% des usages internet contre 48,7% pour l’ordinateur, selon une étude de StatCounter qui vient de paraître. Un cap symbolique est donc franchi ce mois d’octobre 2016. Ce n’est évidemment pas une surprise, la désaffection pour l’ordinateur ayant débuté dès 2009 et s’étant accentuée depuis quatre ans, comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous.

533aa5feb00528081c8890b5e060b.png

Au mois d’octobre dernier, Google avait aussi relevé que plus de la moitié des requêtes de son moteur de recherche était désormais réalisée à partir d’un mobile. Facebook a, quant à lui, révélé que plus d’un milliard d’utilisateurs se connectent chaque mois au réseau social sans passer par un ordinateur… qui semble ainsi voué à la relégation. Ces grandes tendances masquent cependant une réalité plus complexe localement. En témoigne la carte mondiale de l’étude.

En Inde, le basculement est encore plus marqué avec 75% d’usage mobile. C’est également le cas dans tous les pays émergents. Parce que la population connaît des difficultés financières et matérielles pour accéder à des infrastructures fixes. A l’inverse, dans les pays développés, le renversement ne s’est pas encore produit comme aux Etats-Unis où l’ordinateur domine encore à 58%. Au Royaume-Uni, les courbes commencent même à repartir dans l’autre sens, avec une recrudescence du recours au desktop.

En France, seuls 30% des internautes utiliseraient des terminaux mobiles selon StatCounter. Pourtant, Médiamétrie avait souligné l’année dernière que 52,7 % des visites des sites web français souscrivant à ses services s’effectuaient depuis un mobile. On s’attendait donc à une situation plus contrastée.

« La compatibilité mobile est de plus en plus importante non seulement en raison de la croissance du trafic, mais parce que Google favorise les sites Web mobiles amicale pour ses résultats de recherche mobile », souligne le CEO de StatCounter Aodhan Cullen.

Source : BFMTV Business

Article sélectionné par : B. WIECZOREK / Lillybelle