Étiquettes

, , , , , , ,

Les coûts supplémentaires supportés par les consommateurs dès lors qu’ils franchissent les frontières de leur pays seront supprimés en juin 2017.

Une fois n’est pas coutume. Les opérateurs télécoms se plaignent habituellement des décisions de la Commission européenne, jugées trop favorables aux consommateurs. Cette fois, elle les a au moins partiellement entendus. La décision porte sur les frais de «roaming», ces fameux coûts supplémentaires supportés par les consommateurs dès lors qu’ils franchissent les frontières de leur pays. Ces frais disparaîtront purement et simplement en juin 2017. Les opérateurs craignaient que ce soit la porte ouverte à tous les abus. Dans leurs pires cauchemars, ils imaginaient l’émergence d’opérateurs virtuels, véritables coucous, venant utiliser leurs réseaux à moindres coûts sans avoir à en supporterles conséquences. La Commission a proposé des garde-fous, qui restent encore à valider. Les opérateurs pourraient limiter la durée de l’itinérance à 90 jours par an. Le volume des données consommées à l’étranger pourrait aussi être plafonné, même pour les abonnés à des contrats illimités, afin d’éviter d’éventuels excès.

Les frais supplémentaires s’élèveraient à 4 centimes par minute de communication, un centime par SMS et 85 centimes par mégabit de données, des tarifs qui doivent encore être validés. Les opérateurs français, espagnols et italiens ont toutefois quelques raisons d’être mécontents. Le roaming leur rapportait près de 800 millions d’euros par an et par pays. Les grands gagnants sont les sept pays du Nord, grands pourvoyeurs de touristes au Sud… et de commissaires européens.

Source : Le Figaro

Article sélectionné par : B. WIECZOREK / Lillybelle