Mots-clefs

, , , , , , , , ,

« La réorganisation du groupe est nécessaire et impérative » : le PDG de SFR, Michel Combes, a réaffirmé mardi 6 septembre sa détermination à réduire d’un tiers les effectifs de l’opérateur de télécoms. Le plan de suppression de 5 000 emplois, validé par les syndicats majoritaires, vise à répondre aux difficultés de l’entreprise.

Début 2012, l’entrée de Free sur le marché de la téléphonie mobile a mis en difficulté les trois opérateurs historiques – Orange, SFR et Bouygues Telecom. Dans les six mois qui ont suivi le lancement du quatrième opérateur, leur nombre de clients mobile a chuté d’environ 1,3 million.

Malgré une reprise dès le troisième trimestre 2012, le nombre de clients d’Orange, SFR et Bouygues Telecom ayant recommencé à progresser (+ 4,6 millions depuis septembre 2012), les difficultés de SFR n’ont cessé de croître depuis sa fusion en 2014 avec Numericable. Selon les chiffres de l’opérateur, SFR a perdu 1,34 million de clients en seulement deux ans.

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.48.29.png
Le nombre de clients aux offres Internet fixe à haut débit et très haut débit est en constante augmentation depuis six ans, sauf une fois encore chez SFR qui a perdu un peu moins de 400 000 abonnés haut débit en deux ans et se retrouve aujourd’hui au coude à coude avec Free.

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.48.41.png

SFR table sur une « reconquête » des clients mobile

Chez SFR, la désaffection se concentre surtout sur les offres mobile destinées aux particuliers : depuis trois ans, l’entreprise a perdu environ 3 millions de clients grand public (abonnement et cartes prépayées).

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.48.52.png

Michel Combes a insisté au micro de France Inter sur la « reconquête » commerciale et sur l’investissement « sans précédent » dans le réseau mobile de l’entreprise : plus de 2 milliards d’euros seraient consacrés chaque année à l’amélioration de la qualité de service, qui avait fait l’objet de critiques de l’UFC-Que choisir au début de l’année.

Autre activité prometteuse pour SFR : le machine to machine, c’est-à-dire les cartes SIM embarquées dans les objets connectés. La vente de ce type d’abonnement mobileen pleine croissance, est une réelle opportunité pour les opérateurs.

C’est d’ailleurs cette activité qui a permis aux trois opérateurs historiques de maintenir leur niveau d’activité et leur nombre de clients et ainsi de compenser la perte de clients particuliers et la réduction des marges.

Des difficultés financières pour tous les opérateurs

Cela ne suffit pas pour autant à arrêter la baisse du chiffre d’affaires enregistrée depuis plusieurs années. Alors que Free a pratiquement doublé son chiffre d’affaires trimestriel (1,15 milliard d’euros en 2016 contre 504 millions d’euros en 2010), les revenus des autres opérateurs ont enregistré des baisses conséquentes (– 11 % pour SFR, – 15 % pour Bouygues et – 23 % pour Orange).

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.49.03.png
Ces difficultés financières n’ont pas été sans conséquences sur les effectifs du secteur. Selon les données de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, près de 10 % des emplois ont été supprimés depuis 2010.

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.49.13.png

 

Source : Le Monde

Article sélectionné par : A. MAUDUIT / Lillybelle