Mots-clefs

, , , , , , , ,

Le mobile Money est un service rencontrant un franc succès dans les pays faiblement bancarisés sur le continent Africain. Lillybelle propose une solution de contrôle et d’optimisation lié au service Mobile Money utilisée par de grands opérateurs en Europe et en Afrique.

Pour plus d’info, nous contacter.

L’opérateur de téléphonie mobile MTN a annoncé la suspension de nouvelles souscriptions d’abonnés sur son service Mobile Money en Afrique du Sud.

D’après Larry Annet, la directrice de l’expérience consommateur, dont les propos sont rapportés par le site d’information sud-africain fin24.com, la société télécoms procède actuellement, en collaboration avec Bank of Athens, Pick n Pay et Boxer stores, ses partenaires dans l’aventure Mobile Money engagée depuis 2012, à une étude de faisabilité pour déterminer l’opportunité de poursuivre l’offre de ce service à ses consommateurs.

0609-40641-afrique-du-sud-mtn-suspend-l-enregistrement-de-nouveaux-abonnes-sur-son-service-mobile-money_L.jpg

Bien que les nouvelles souscriptions sur le service Mobile Money soient suspendues, la société MTN a cependant précisé que le service demeure actif pour les près de 140 000 clients qui utilisent déjà la plateforme de paiement mobile. Le gel de nouveaux abonnements pour réfléchir au futur du service, le groupe MTN l’a décidé au regard des mauvais chiffres enregistrés en Afrique du Sud, son principal marché, comparativement à ceux réalisés par le segment Mobile Money dans d’autres pays africains comme le Cameroun, la Côte d’Ivoire ou encore l’Ouganda.

En Afrique du Sud, depuis son lancement, le service MTN Money n’a pas réussi à franchir la barre des 500 000 abonnés alors que dans les autres filiales du groupe, ce service affiche un franc succès avec un nombre de consommateurs excédant parfois le million.

Avec un assez fort taux de bancarisation (60% de la population en 2008 selon l’Agence française de développement), l’Afrique du Sud s’est révélé un marché où le paiement mobile a du mal à trouver ses marques. L’opérateur Vodacom en a d’ailleurs également fait les frais. La société télécoms a, en effet, été contrainte à mettre fin à son service M-Pesa dans le pays faute d’une croissance de son parc clients.

Source : Agence Ecofin

Article sélectionné par : G.E. THORIN / Lillybelle