Étiquettes

, , , , , , , ,

Les deux opérateurs ont gagné de nombreux abonnés au deuxième trimestre. Free a récupéré la deuxième place dans l’Internet fixe, devant SFR.

Alors que le chapitre sur la consolidation s’est clos à l’issue du premier trimestre, la concurrence est repartie de plus belle dans les télécoms au cours des mois qui ont suivi. Et à ce petit jeu-là, c’est Bouygues Telecom et Free qui s’en sont le mieux sorti. Les deux opérateurs ont réalisé de très bonnes performances commerciales, comme en témoignent les bons résultats trimestriels publiés mercredi. Ces recrutements de nouveaux clients se font notamment aux dépens de  SFR, qui a laissé filer en un an plus de 850.000 abonnés dans le mobile et plus de 100.000 dans le fixe.

2023953_bouygues-telecom-et-free-continuent-de-profiter-des-errements-de-sfr-web-tete-0211245472475.jpg

Bouygues Telecom a ainsi gagné 171.000 nouveaux clients (hors forfaits « machine-to-machine ») au deuxième trimestre, avec un parc qui s’élève à 12,4 millions de clients. Depuis début 2015, l’opérateur engrange chaque trimestre plus de 100.000 nouveaux abonnés. Conséquence : il devrait bientôt revoir à la hausse son objectif de conquête de 1 million de clients à fin 2017 (fixé fin 2014). « Il y a clairement une accélération de la croissance de nos abonnés qui reflète les bons choix stratégiques faits depuis deux ans, dans un contexte de marché très compétitif », s’est félicité le PDG, Martin Bouygues, lors de la présentation des résultats.

En mai, la filiale du groupe de BTP avait enrichi sa gamme de forfaits Sensation en gonflant les enveloppes « data » sans pour autant augmenter les prix. Il n’a surtout pas hésité à multiplier les promotions dans le mobile pour alimenter sa conquête de nouveaux clients – c’est encore le cas en cette rentrée 2016. « On ne fait que répondre aux initiatives de nos concurrents », justifie l’opérateur, qui observe néanmoins qu’une part croissante de ces abonnés restent clients à la fin de la promotion.

Ces bonnes performances ont permis à Bouygues Telecom de renouer avec la croissance du chiffre d’affaires dans le mobile au premier semestre (+3 %), une première depuis 2011, et ont contribué à la hausse de l’Ebitda (+ 26 %, à 408 millions d’euros). L’opérateur reste en perte nette, mais celle-ci a été divisée par cinq (12 millions).

Les conquérants

Le champion de la conquête dans le mobile reste toutefois Free. L’opérateur fondé par Xavier Niel a séduit 400.000 nouveaux abonnés au premier semestre, avec 12,1 millions de clients au total. Le rythme de croissance ralentit, mais la part des forfaits à 19,99 euros continue de grossir. « Cela représente l’essentiel des offres souscrites par les nouveaux clients », indique Thomas Reynaud, le directeur financier, qui se félicite en outre de la migration croissante des abonnés à 2 euros vers le forfait à 19,99. « C’est l’effet Pokémon GO », sourit-il. Résultat : au premier semestre, le chiffre d’affaires dans les services mobiles a progressé plus vite que le nombre d’abonnés (13,6 % contre 10 %).

« On profite des difficultés de certains de nos concurrents, comme d’autres. Mais c’est surtout l’attractivité de nos offres qui alimente la croissance », estime le directeur général, Maxime Lombardini. L’opérateur, qui a vu son chiffre d’affaires total grimper de 6,3 % au premier semestre, à 2,3 milliards d’euros, compte sur la poursuite du déploiement de son réseau en 4G (69 % de la population couverte) et l’utilisation de nouvelles fréquences (1800 et 700 MHz) pour séduire de nouveaux abonnés dans les trimestres à venir.

Conquérants dans le mobile, Bouygues et Free le sont aussi dans le fixe. Avec Orange, ils profitent là aussi de la désaffection des abonnés SFR. La stratégie tarifaire agressive de Bouygues Telecom, enclenchée il y a deux ans, lui a permis d’engranger 50.000 abonnés de plus au deuxième trimestre.

« On vient de franchir le cap des 3 millions d’abonnés en août, qui s’inscrit d’ores et déjà comme un mois historique en termes de performance commerciale pour le groupe », a précisé Martin Bouygues. Free a, de son côté, gagné 45.000 nouveaux clients et a repris la deuxième place sur le marché du fixe à SFR, qui l’avait dépassé lors du rachat par Numericable en 2014. Une performance honorable, alors même que la nouvelle box de l’opérateur n’est toujours pas sortie. Xavier Niel avait laissé entendre qu’il y aurait du nouveau pour la rentrée. Le secteur reste à l’affût.

Source : Les Echos

Article sélectionné par : B. WIECZOREK / LillyBelle