Mots-clefs

, , , , ,

Dans les villes de Kumba, Limbé et Bafoussam, les abonnés de l’opérateur de téléphonie mobile MTN Cameroun font l’expérience de l’Internet très haut débit sur mobile depuis le 04 juillet 2016. Les trois cités se sont ainsi ajoutées aux cinq  premières villes dans lesquelles la société télécom avait déjà déployé son réseau 4G LTE. Il s’agit de Bamenda, Buéa, Douala, Yaoundé et Kribi.

0507-39326-cameroun-mtn-etend-son-reseau-4g-aux-villes-de-kumba-limbe-et-bafoussam_L.jpg

Aujourd’hui, c’est huit villes camerounaises qui sont déjà couvertes par le très haut débit mobile de l’opérateur MTN Cameroun, soit 53% de la population, estime la société de téléphonie mobile. D’ici la fin du mois de juillet 2016, la filiale camerounaise du groupe télécoms sud-africain éponyme envisage d’étendre encore sa couverture 4G à des villes supplémentaires : Ngaoundéré, dans la région de l’Adamaoua, et Garoua dans le Nord pour un total de 10 villes déjà couvertes par cette  technologie mobile.

S’exprimant sur cette extension de son réseau 4G, Philisiwe Sibiya, la directrice générale de MTN Cameroun, a déclaré : « A MTN, nous sommes conscients que le secteur des télécommunications est aujourd’hui un accélérateur de développement durable au Cameroun et nous entendons y contribuer considérablement. C’est pour cette raison que nous avons lancé le premier réseau 4G LTE au Cameroun en décembre 2015(…). Nous sommes fiers d’être un levier majeur de cette transformation digitale à travers la fourniture d’infrastructures telles que la station d’atterrissage de la fibre optique WACS, la technologie 4G ainsi que des services et produits innovants qui sont en train de transformer la manière dont les Camerounais travaillent et vivent au quotidien. Tout ceci, en améliorant la compétitivité des entreprises locales et en déverrouillant le potentiel du pays en tant qu’un hub numérique de la sous-région d’Afrique centrale ».

C’est en mars 2015 que MTN Cameroun a obtenu du gouvernement camerounais le renouvellement de sa licence  télécoms et l’autorisation d’exploiter les technologies 3G et 4G. La société révèle avoir alors investi 60 milliards de francs CFA pour développer son réseau très haut débit dans le pays.

Source : Agence Ecofin

Article sélectionné par : B. WIECZOREK / LillyBelle