Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

LillyBelle, via sa filiale en Côte d’Ivoire et grâce à son expertise des réseaux 4G acquises en Europe, accompagne ses partenaires ivoiriens et de la sous région sur leur projet 4G. Nous proposons des solutions pour faciliter le déploiement, optimiser la capacité d’aujourd’hui et de demain et sécuriser la meilleure qualité de service, un taux de fidélisation optimum.
Pour plus d’information, nous contacter.

Dès l’année prochaine, la Côte d’Ivoire s’arrimera à la 4G.
Cette bonne nouvelle, c’est le ministre des postes et technologies de l’information et de la communication, Bruno Nabagne Koné qui l’a annoncée le 1er décembre 2015, lors de l’inauguration par le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, du projet « Backbone Est », le réseau télécoms de fibre optique qui relie Grand-Bassam à Bouna.0212-34262-la-cote-d-ivoire-passera-a-la-4g-en-2016_L

Les raisons qui poussent le gouvernement ivoirien à lancer la 4G, Bruno Nabagne Koné les a justifiées par la consommation accrue actuelle de la Data sur la 3G et la demande sans cesse croissante de la population pour une connectivité haut débit de niveau supérieur, portées par les applications mobile, la vidéo, les services à valeur ajoutées.

Avec 24,7 millions d’abonnés, en majorité les jeunes qui  consomment beaucoup Internet, la 3G, lancée dans le pays en 2012 risque bientôt d’être saturée et de provoquer un engorgement du réseau. La 4G, qui est prévue pour le premier trimestre 2016, viendrait soulager les opérateurs et satisfaire la gourmandise en data des consommateurs.

Si l’annonce de la 4G en Côte d’Ivoire réjouit les opérateurs de téléphonie mobile et leurs consommateurs, le fournisseur d’accès Internet YooMee, seul sur ce segment depuis avril 2014 pourrait se faire des soucis. Le monopole qu’il a encore dans cette technologie va certainement s’effriter dès l’entrée d’Orange, MTN et Moov sur ce marché, porteurs d’une concurrence féroce.

Source : Agence Ecofin

Article sélectionné par GE.THORIN / LillyBelle