Étiquettes

, , , , , ,

La Commission européenne y voit « l’épine dorsale de notre avenir numérique« .
Au lendemain de la signature d’un partenariat stratégique entre l’Union européenne et la Chine pour le développement de la future technologie mobile 5G, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de donner son autorisation à Orange pour réaliser les premières expérimentations sur ces très hautes fréquences en France.

Ces expérimentations, qui se font dans le cadre du programme européen 5G-PPP, incluant un partenariat privé-public entre la Commission européenne et l’industrie des télécoms, concernent les fréquences très hautes dites « millimétriques« , situées entre 6 gigahertz (GHz) et 100 GHz. Elles auront lieu à Belfort.

orange-fait-legerement-mieux-que-prevu-au-2e-trimestre« Il ne s’agit pas du tout de tests concernant la technologie 5G mais de mesures en 3D visant à avoir une meilleure connaissance de ces fréquences là, de manière à ensuite inventer les technologies qui pourront les utiliser », a expliqué jeudi à l’AFP Nicolas Demassieux, directeur d’Orange lab recherche.

Permettre l’accélération des technologies 5G pour tous

L’opérateur va mesurer, durant plusieurs mois et avec un équipement qu’il aura spécialement développé, la manière dont se propagent les ondes selon les conditions climatiques et les variations de l’environnement naturel. Orange précise que l’ensemble des mesures seront disponibles pour tous, afin de permettre l’accélération de l’invention des technologies 5G.

La 5G est en théorie censée offrir des débits de données de 10 gigabits par seconde en réception, jusqu’à un millier de fois plus que ce qu’offre la technologie actuelle LTE (Long Term Evolution) souvent abusivement appelée 4G (alors qu’elle correspond en fait en l’état actuel à une technique 3,9G).

Source : La Tribune

Article sélectionné par A.MAUDUIT / LillyBelle