Étiquettes

, ,

Dans cet article, nous verrons que les logs Accuver ont une vitesse d’acquisition bien supérieure à celle de Nemo. Pour démontrer cette affirmation, nous utiliserons un autre produit distribué par LillyBelle : Actix Analyzer.

Pour éclairer notre propos, nous devons utiliser Analyzer en mode message et charger 2 mesures data , l’une Nemo et l’autre Accuver.

Pour chacune des mesures, il faut afficher l’attribut qui donne le type de message :

  • Pour Accuver : QC_Log_Code
  • Pour Nemo : NemoMsgType
    24646
    La copie d’écran ci-dessus qui montre les attributs dans une table en mode histogramme permet de voir le nombre d’occurrence pour les différents messages.Dans l’exemple ici, les 2 mesures sont des mesures Data.
    La mesure Nemo dure 13 minutes et la mesure Accuver dure 1 minute 40 s. 

    La vue en mode statistique nous permet d’avoir une vue globale avec des informations intéressantes qui vont permettre mettre en lumière la granularité :

    • Minimum time : en ms
    • Maximum time : en ms
    • Count : nombre d’occurrence, donc dans notre cas cela correspond au nombre de messages

 

564661Dans la copie d’écran précédente, nous obtenons les informations suivantes :

  • Nemo
    • Durée mesure (Maximum time –Minimum time) : 1297666 ms
    • Nombre de messages : 39452
  • Accuver
    • Durée mesure : 114716 (Maximum time)- 100 (Minimum time) = 114616
    • Nombre de messages : 26765

Avec les valeurs suivantes, nous obtenons donc les ratios suivants :

  • Fréquence de logging des messages pour Nemo : 1297666/114616 = 32,8 ms
  • Fréquence de logging des messages pour accuver : 114616/26765 = 4,2 ms

Nemo écrit un message toutes les 32,8 ms alors qu’Accuver écrit un message toutes les 4,2 ms. Nous sommes donc dans un rapport de 1 à 8.

Le protocole expérimental n’est pas tout à fait ISO mais cela permet de mettre en évidence un fait non discutable.
Accuver fournit une granularité bien meilleure que celle de Nemo .
Ceci permet d’avoir des informations précises et d’étudier ainsi des phénomènes ponctuelles qui seront masqués, sous Nemo, par l’échantillonnage trop important.

Un exemple de ces phénomènes difficile à étudier avec une granularité trop importante est le ramp-up qui consiste à la montée en charge du débit au début d’un téléchargement. Ce phénomène pourra être visible avec les produits Accuver mais difficilement visible avec Nemo.

Si vous avez besoin d’un niveau d’information important, utilisez les produits Accuver. A noter que la démonstration dans cet article a été faite avec un fichier Xcal-Mobile soit la solution pocket d’Accuver !

Article rédigé par B.BANNIER / LillyBelle