Mots-clefs

, , , , , , ,

LillyBelle et ses partenaires au sein du groupement Pragma proposent une offre globale outils et services pour le contrôle, l’analyse et l’optimisation de la Qualité de Service des réseaux cellulaires avec de nombreuses références chez les régulateurs et les opérateurs en Afrique. Pour plus d’information, nous contacter.

Depuis le 9 mars 2015, le service SMS ne fonctionne plus chez l’opérateur de téléphonie mobile Tigo, filiale du groupe télécom luxembourgeois Millicom International Cellular SA. Les abonnés à cet opérateur n’arrivent plus à envoyer ou à recevoir les textos. C’est le site d’informations tchadienalwihdainfo.com qui dévoile cette situation difficile que vivent les clients depuis 48h. Aucune explication n’aurait été fournie jusqu’ici aux consommateurs par la société pour expliquer cette défaillance qui intensifie la dégradation de la qualité de service offerte par Tigo au Tchad.

1003-27192-tchad-degradation-de-la-qualite-de-service-chez-tigo-le-service-sms-ne-fonctionne-plus_LAu-delà des services voix qui sont parfois inaudibles, les crédits de communication prélevés sans raisons, les consommateurs de Tigo ont longtemps décrié les multiples taxes débités de leur compte téléphonique sans explications. Mais rien n’a changé. Tigo, qui annonçait la 4G pour cette année dans le pays, a très peu évolué en dehors de N’Djamena, la capitale. Les clients semblent se résigner avec le temps. L’Association de défense des droits des consommateurs, très active en 2013 et à l’origine de plusieurs marches de protestation pour dénoncer le trop de taxe sur les télécoms, est bien silencieuse depuis plusieurs mois.

Le régulateur télécom, tout aussi absent, n’a jamais brillé sur ce marché par des interventions visant à protéger les consommateurs. Les appels à la sanction pour mauvaise qualité de services, lancés plusieurs fois par les abonnés aux télécoms en colère, sont toujours restés lettres mortes. Conséquence, certains consommateurs tchadiens sont convaincus que des fonctionnaires perçoivent des bakchichs des différents opérateurs télécoms pour garder les yeux fermés sur la déliquescence du secteur télécom national.

Source : http://www.agenceecofin.com/

G. Thorin