Étiquettes

, , , ,

Le gouvernement Ivoirien a donné, mercredi, un ultimatum de trois mois à quatre opérateurs de la téléphonie mobile pour fusionner en vue d’offrir une meilleure qualité de service à la clientèle.

IMG_1853(5)

Qui sont les quatre opérateurs concernés par cette mesure gouvernementale?

Koz/Comium

Koz est un opérateur de télécommunications Ivoirien, filiale de la multinationale libanaise Comium. Lancé le 31 Mai 2007 lors d’une cérémonie à Abidjan, Koz est le quatrième opérateur mobile Ivoirien à être créé.

L’acquisition de sa licence d’exploitation a nécessité un investissement de plus de 40 milliards de FCFA. Depuis quelques années, Koz/ Comium fait face à des difficultés liées à des tensions entre ses actionnaires et un manque de ressources financières pour son développement.

Selon un tableau des statistiques du 4ème trimestre 2014 présentant les principaux indicateurs de téléphonie mobile en Côte d’Ivoire, publié par l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI), Comium est classé en quatrième position en termes de nombre d’abonné après Orange, Mtn et Moov, revendiquant à cet effet 892 272 abonnés, soit 2,83% des parts de marché selon son chiffre d’affaire.

GrennN Côte d’Ivoire

D’abord détenue par Oricel depuis le 3 Décembre 2005, cette entreprise a vu l’entrée dans son capital dans le courant 2007, du groupe libyen, Libya Africa Investment Portfolio (LAP), qui en devient l’actionnaire majoritaire avec 75 % des parts. Ce nouveau souffle insufflé à Oricel avait pour effet d’accélérer la création de GreenN CI, qui devient ainsi le cinquième opérateur mobile en Côte d’Ivoire.

Le 22 Décembre 2008, marque le lancement officiel de ses activités sous le nom commercial de GreenN CI. Malheureusement, selon le site internet officiel de cette entreprise (www.greenn.ci), ‘’les années 2010 et 2011 marquées par les effets conjugués des crises en Côte d’Ivoire et en Libye, ont affecté la dynamique dans laquelle s’était engagée la société ».

LAP GreenN est aussi présent au Soudan du Sud, en Ouganda et en Sierra Leone. Toujours selon le tableau des statistiques du 4ème trimestre 2014 de l’ARTCI présentant les principaux indicateurs de téléphonie mobile en Côte d’ivoire, GreenN CI est classé à la cinquième place dans le tableau avec 849 565 abonnés pour 1,38% des parts de marché selon son chiffre d’affaires.

Café Mobile

Détenu à 95% des parts par son Président directeur général (PDG), l’ivoirien Niamoutié Kouao, l’opérateur Café mobile a été officiellement lancé le 18 Avril 2012 et ne couvrait seulement à cette période que les villes d’Abidjan, San-Pedro, Daloa, Gagnoa, Aboisso, Adzopé et Abengourou.Cet opérateur mobile ne figure pas dans le tableau des statistiques fourni par l’ARTCI.

Warid Télécom

Warid Côte d’Ivoire, filiale du Groupe Abu Dhabi, propriété du Cheick Al Nayan, Prince héritier de la famille royale d’Abu Dhabi a fait son entrée dans le secteur de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire en 2008 avec un capital de 30 milliards de FCFA.

Warid Côte d’Ivoire, a racheté la licence provisoire de dix ans obtenue en Décembre 2005 par le consortium local Celcom et convertie en licence de vingt ans. Dès lors, le recrutement d’un personnel qualifié et compétent issu à 90% des sociétés concurrentes existantes va permettre de constituer un effectif de plus de 200 employés qui vont conduire ardemment la phase projet.

En Mars 2009, le projet qui était progressivement mené vers son terme va s’arrêter brusquement sans aucune explication plausible plongeant ainsi la société et tout son personnel dans l’incertitude.

Cette difficile situation va se détériorer suite au rapatriement progressif de la vingtaine d’expatriés pakistanais qui composait le comité de direction de l’entreprise sans compter l’accumulation au fil des mois des arriérés de salaires pour le personnel allant jusqu’à huit mois d’impayés en Mars 2011. Warid Côte d’Ivoire a donc fermé ses portes sans avoir jamais déployé son réseau de téléphonie mobile sur le terrain.

Source : http://news.abidjan.net/

Sélectionné par A. Sika