Mots-clefs

, , , ,

Le gouvernement de Côte d’Ivoire est fermement décidé à réaliser une réforme dans son secteur national des télécommunications. Le 5 Février 2015, au cours d’une conférence de presse organisée pour dresser le bilan 2014 de son département ministériel et évoquer les perspectives pour la nouvelle année, Bruno Nabagné Koné, le ministre Ivoirien de la Poste, des technologies de l’information et de la communication (TIC), a réitéré la volonté de l’Etat de réduire le nombre d’opérateurs sur le marché.

0602-26380-cote-d-ivoire-le-gouvernement-va-retirer-la-licence-telecom-aux-operateurs-defaillants_L

Pour cela, il a été décidé « le retrait pur et simple des licences aux opérateurs jugés défaillants, qui ne représentent que 6% du marché », a indiqué le ministre qui a souligné qu’« un marché à quatre opérateurs se vend mieux que sur un marché à sept opérateurs ». En retirant leur licence télécom à certains, Bruno Nabagné Koné estime que c’est également une façon de mettre tous les opérateurs sur le même pied d’égalité puisque « certains payent leur licence et d’autres ne payent pas ». Selon la proposition du gouvernement, les opérateurs qui auront perdu leur licence pourront fusionner en un seul opérateur, plu compétitif.

En Côte d’Ivoire, MTN, Orange, Moov de Maroc Telecom, Comium, Green, Café mobile et Wari se disputent le marché télécom de près de 21 millions d’abonnés. MTN, Orange et Moov confisquent plus de 90% du secteur tandis que les autres opérateurs vivotent en quelque sorte.

Pour un secteur qui représente 20% du PIB, il est clair que le gouvernement qui désire sa croissance à travers quatre opérateurs dynamiques au lieu de sept parmi lesquels plusieurs en peine,  préfère évincer les « défaillants ».

A.Sika

Source : agenceecofin.com