Étiquettes

, , , , ,

Bouygues Telecom lance la 4G+ « boostée » à 260 mégabits par seconde en associant plusieurs bandes de fréquences. Il y a fait aussi la démonstration d’un débit de plus de 300 mégas avec un prototype de smartphone, mais la « 4G++ » n’est que pour la fin de l’année.

Chartres, sa cathédrale Notre-Dame, son théâtre…et désormais sa 4G+ « la plus rapide de France ». Bouygues Telecom, qui aime se présenter comme « l’opérateur référent de la 4G », vient en effet d’inaugurer son réseau à très haut débit mobile dans la préfecture d’Eure-et-Loir où il promet un débit maximum de 260 mégabits par seconde, un record, contre 115 à 150 Mb/s maximum en 4G standard.

La 4G+, accessible dans 21 villes depuis le réseau de Bouygues Telecom, permet entre 180 et 220 mégabits.

« Chartres est la seule ville de France où l’on peut atteindre une vitesse de 260 mégabits. Bouygues Telecom est le seul opérateur à pouvoir le faire car nous pouvons agréger 35 Mhz de fréquence en 4G dans deux bandes différentes, en 2,6Ghz et 1800 Mhz » explique Jean-Paul Arzel, le directeur du réseau de Bouygues Telecom.

Avantages concurrentiel des fréquences 4G

Les autres opérateurs ne font pas de 4G dans les fréquences 1800 Mhz ou n’en ont pas encore comme Free. Bouygues Telecom veut aussi capitaliser sur son patrimoine de fréquences, plus important que ses concurrents en 4G : il possède 40 Mhz quand Orange n’en a que 30 Mhz, SFR 25 Mhz et Free 20 Mhz (bientôt 25 Mhz puisuq’il doit récupérer un bloc de 5 Mhz que Bouygues doit rétrocéder). « Or le débit est directement lié à la largeur de bande de fréquences : si l’on passe de 10 Mhz à 15 Mhz, on augmente le débit de 50%, de 80 à 120 Mégabits » fait valoir Jean-Paul Arzel. Il s’agit de débit pic, pour un client connecté seul à une antenne.

Ultra haut débit mobile

D’autres villes de la taille de Chartres (130 000 habitants) auront droit dans les mois qui viennent à cette super 4G, mais pas les plus grandes agglomérations où il faut encore écouler un important trafic en 2G sur ces fréquences. Encore faut-il posséder un smartphone compatible : quelques modèles le sont déjà, tels que des Samsung (Galaxy SV ou Note 4), un Sony, un Huawei, pas d’iPhone.

Bouygues en a profité pour faire la démonstration de l’ultra-haut débit mobile (LTE-Advanced ou 4G++) à plus de 300 mégabits, un débit « jamais démontré en France » jusqu’ici, en agrégeant cette fois trois bandes de fréquence (800 Mhz, 1800 Mhz, 2,6 Ghz), et avec un prototype de smartphone gros comme un livre de poche, conçu par Qualcomm. Les téléphones compatibles n’arriveront sur le marché qu’au second semestre et le service ne sera ouvert commercialement qu’à la rentrée à Lyon et généralisé à la fin de l’année.

Une prouesse technologique destinée à montrer que l’opérateur aux 11 millions de clients mobiles, dont 22% sont passés à la 4G, mais qui s’est fait dépasser par Orange en couverture de la population par la 4G (74% contre 71%), veut rester dans la course et même en pointe dans cette bataille du très haut débit mobile.

Source : http://www.latribune.fr